Demain, un management citoyen, collaboratif et prédictif.

Les seules limites de nos réalisations de demain, ce sont nos doutes et notre organisation managériale d’aujourd’hui.

Comment recréer ou repenser sa politique managériale ?

Notre monde change. Nos organisations privées et institutions publiques également. Bien que ce constat ne surprenne plus outre mesure, la nette accélération ressentie ces derniers mois et l’ampleur des changements économiques, technologiques et socioculturels auxquels nous devons faire face, nous amènent à des pistes de réflexion sur les aménagements à mettre en place demain et sur le management adapté.

Le monde de demain deviendra de plus en plus complexe, s’articulera autour des nouvelles technologies et du numérique, visant non seulement à rénover les pratiques actuelles, mais aussi servant à (re)définir des paradigmes parfaitement novateurs pour nos économies et les différents acteurs.

Doit-on imaginer et viser, à l’horizon 2030, un nouveau concept de management ? Tout en étant épaulés par les dernières technologies, régulièrement managers et dirigeants se voient confrontés à des imprévus et des incertitudes croissantes, face à des évènements qu’ils ne maîtrisent pas.

Devant cet accroissement d’inquiétudes et de possibilités multiples, la réponse ne peut être unique, une seule voie ne sachant mener aux résultats escomptés.

L’idée même d’un seul et unique chemin appartient clairement au passé !


Néanmoins, indéniablement, le management de demain,

s’articulera autour de plusieurs facteurs clés :

  • Manager à l’intuition et par la créativité.
  • Manager grâce à un nouveau concept de leadership.
  • Manager en fonction des dernières technologies et des nouveaux systèmes d’information.
  • Manager en lien avec des communautés de savoir.

Se pencher sur le futur nécessite une bonne connaissance des changements actuels, mais oblige à anticiper les mutations prochaines, dans les domaines d’intervention choisis. Ainsi, le management devient une « conséquence cohérente et choisie » des transformations en cours ; il permet en fonction de son ajustement la pénétration de nouveaux marchés et des innovations à prévoir.

L’observation de certaines entreprises révèle l’impact direct de certaines modifications. Ainsi, de l’analyse de leurs expériences, certaines théories émergent dans le but de comprendre les bouleversements vécus. Ce processus de recherche détermine les conséquences sur leur stratégie de gouvernance et d’aménagement aux divers changements, autant que sur les acteurs eux-mêmes. Il permet une meilleure visibilité des évolutions à venir et oriente vers un modèle d’entreprise libérée.

Le management de demain s’axe sur une ouverture totale, pour répondre aux défis et aux réalités auxquelles chaque acteur est confronté.

La première cause de déséquilibre réside dans le poids de l’incertitude. Comprendre qu’il n’y a pas de mode opératoire unique et accepter que notre environnement soit en perpétuelle évolution ouvre des perspectives aux changements à entrevoir. Les référents d’hier ne peuvent plus ceux être utilisés d’aujourd’hui.


Le management de demain visera à :

  • Redonner un sens à sa politique interne et externe afin de mieux répondre aux attentes des différents acteurs et marchés.

Le management du futur se veut citoyen et ouvert avant tout, et bien évidemment, rivés sur les enjeux mondiaux. Loin de mettre fin à des différences culturelles, celles-ci seront respectées, concevant l’importance du multiculturel, même si certaines réalités locales persistent. Collaborer et transmettre ses valeurs d’échanges et de partages pour améliorer les relations humaines internes et les transmettre à l’externe.

Ce processus et certaines pratiques démontrent une volonté de se démarquer, de refléter un état d’esprit de groupe libre et indépendant fondé sur des bases fortes de responsabilisation dans l’organisation propre à chaque état et entreprise.

  • Favoriser le bien-être au travail créant un véritable lien de confiance.

En travaillant la confiance, l’élimination des facteurs peur et méfiance s’impose d’elle-même.

Ces facteurs négatifs ainsi corrigés permettent d’innover et assurent une meilleure implication de son personnel et entourage professionnel. Enrayer ses émotions négatives devient impératif pour réussir ensemble, en dépassant les limites de chacun et atteindre ses objectifs de performance.

  • Supprimer l’idée de tractations obscures.

Évoluer en toute transparence, à tous les niveaux et permettre à tous de mettre plus en avant ses qualités de leadership naturel, laissant ainsi de nouvelles idées émerger.

  •  Préserver un équilibre pour garder le contrôle des opérations.

S’imposer une discipline naturelle, concevoir un certain degré de liberté au sein de ses activités, loin d’être utopique, relève d’une priorité. Examiner les issues et réinventer un système de suivi des résultats.

Le grand enjeu du management de demain sera de pressentir et d’organiser l’articulation entre le management de court terme et la vision sur le long terme. En combinant la technologie innovante à un facteur humain mobile et ouvert sur le monde, le management futur devient une ressource puissante pour construire une carrière sur-mesure, riche d’une organisation gagnante, compétitive, basée sur la reconnaissance des talents, fondée sur l’expérience et respectueuse du savoir de chacun, implantée dans l’économie d’aujourd’hui et de demain.


Le management futur sera citoyen, collaboratif et prédictif.

Kris Saint Ange

Hypersensible, Intuitive et Spirituelle, j’œuvre à vos côtés à la pleine réalisation de votre être et de vos projets. Pour un monde plus conscient.

Laisser un commentaire